Pourquoi le cancer du testicule touche principalement les jeunes ?

Le cancer du testicule est le cancer le plus courant chez les jeunes hommes. En France, environ 800 cas de cancer du testicule sont diagnostiqués chaque année. Les patients trouvent le plus souvent des tumeurs lors de l’auto-examen ou de l’observation des testicules et du scrotum en constante évolution.

 Les symptômes du cancer des testicules peuvent inclure une hypertrophie des testicules, une rougeur de la peau, une lourdeur et une gêne. Le pronostic de la maladie est bon. Actuellement, jusqu’à 90% des maladies peuvent être guéries. Hommes atteints d’un cancer du testicule métastatique, apprenez à reconnaître le cancer des testicules.

Le cancer du testicule est le cancer le plus courant chez les jeunes hommes. C’est un cancer avec un bon pronostic, et malgré la gêne et l’inconfort causés par la consultation d’un urologue, il est généralement diagnostiqué très tard. Il se manifeste principalement par une hypertrophie des testicules, une lourdeur et une gêne. La bosse est généralement à portée de main, dure et inséparable du noyau. Il est recommandé à chacun de vérifier ses testicules au moins une fois par mois et de faire attention aux anomalies des testicules ou du scrotum.

Le testicule (glande mâle) est un organe uniforme situé dans le scrotum, c’est-à-dire le sac cutané autour du périnée masculin. Au cours du développement du fœtus, les testicules se forment dans la cavité abdominale et descendent vers le scrotum au fil du temps. C’est le bon mécanisme de développement.

 D’autre part, son trouble conduit généralement à la cryptorchidie, une condition où un ou deux testicules sont situés au-dessus du scrotum (aine ou abdomen) après la naissance.

Les testicules jouent un rôle extrêmement important dans le corps masculin: ils produisent la testostérone (une hormone sexuelle masculine majeure) et le sperme nécessaire à la fécondation des ovules femelles.

Facteurs de risque de cancer du testicule:

une tumeur précédemment diagnostiquée dans le deuxième testicule;

. Cryptorchidie (échec testiculaire),

. Hypogonadisme,

. La présence d’une tumeur testiculaire chez les parents au premier degré (père, frère),

. Syndrome de Klinefelter – syndrome congénital associé à des anomalies du matériel génétique. 

Le cancer du testicule survient lorsqu’une cellule issue du testicule devient incontrôlable et commence à se diviser sans contrôle, entraînant la formation de plus de cellules et la formation d’une tumeur. Cependant, on dit qu’un néoplasme malin a le potentiel d’infiltrer les tissus sains et de former des métastases. Pour le dire simplement: toutes les tumeurs testiculaires ne sont pas malignes. Malin est celui qui peut s’infiltrer ou métastaser.

Symptômes du cancer du testicule

Les hommes doivent faire attention à l’élargissement des testicules et à la douleur du scrotum. Les symptômes inquiétants sont des tumeurs évidentes. Dans la plupart des cas, les testicules hypertrophiés sont plus durs, semblent plus lourds, nettement plus lourds que les autres testicules et sont généralement indolores, bien que ce ne soit pas toujours le cas.

Les symptômes du cancer du testicule comprennent:

. Hypertrophie indolore du testicule (le symptôme le plus courant),

. Rougeur de la peau du scrotum,

. Détection d’une masse indolore qui ne peut être séparée du noyau,

. Une sensation de lourdeur dans le scrotum,

.  Douleur et inconfort du scrotum.

Au stade avancé de la maladie, en plus des symptômes énumérés ci-dessus, il existe une faiblesse marquée, une perte de poids, des douleurs abdominales, une gynécomastie, une hypertrophie des ganglions lymphatiques supra-claviculaires, une toux, une hémoptysie (métastases aux poumons), des douleurs osseuses et des symptômes neurologiques. Certaines tumeurs peuvent aggraver les caractéristiques masculines, telles que les poils et la masse musculaire. 

«  Il convient de noter que le cancer des testicules peut évoluer avant de diminuer. »

Diagnostic du cancer du testicule (recherche)

Dans le cas du cancer des testicules, aucun dépistage préventif n’est effectué, la prévention repose principalement sur l’auto-examen des testicules ou l’examen par un médecin. 

Lorsqu’une tumeur testiculaire est suspectée, une échographie est réalisée et le diagnostic détaillé de la maladie est basé sur le résultat d’un examen histopathologique d’un échantillon prélevé par voie inguinale.

Comment effectuer un auto-examen testiculaire?

1/ Examinez vos testicules sous la douche ou dans un bain chaud au moins une fois par mois.

2/ Faites rouler les testicules entre le pouce et l’index du pôle supérieur au pôle inférieur.

3/ La bosse que vous ressentez lors de l’auto-examen est généralement indolore et peut recouvrir tout ou partie du testicule. 

4/ La détection d’un changement inquiétant nécessite une consultation avec un urologue.

Les tests pour évaluer la progression du processus tumoral comprennent des numérations globulaires complètes et des tests biochimiques, ainsi que des marqueurs tumoraux, des radiographies thoraciques, une tomographie abdominale et pelvienne, des scintigraphies osseuses et une imagerie par résonance du système nerveux central magnétique.

Traitement du cancer des testicules

Quel que soit son type, la première partie standard du traitement du cancer des testicules consiste à retirer tout le testicule, y compris la ligature de l’épididyme et de la base du testicule. Les traitements supplémentaires (dits complémentaires) dépendent du type de cancer et du stade de la maladie.

 Tous les cas de cancer des testicules touchent principalement la quarantième année de la vie masculine soit une proportion de 40%.

Le traitement du sperme est principalement une intervention chirurgicale, qui consiste à retirer tout le testicule par l’aine (orchidectomie). Selon le stade de la maladie, un traitement adjuvant sous forme de radiothérapie ou de chimiothérapie est également utilisé. Le traitement adjuvant est généralement efficace car le séminome est très sensible aux radiations et aux médicaments qui inhibent la croissance cellulaire. Même les patients avec des métastases à distance peuvent être guéris.

Les non-semences constituent 60 pour cent. tous les cas de cancer des testicules et touchent principalement les jeunes hommes.  Le TRAITEMENT DE NESTRIMS est basé sur un traitement chirurgical, c’est-à-dire l’ablation du testicule. Cependant, contrairement aux séminomes, les non-séminomes sont des tumeurs résistantes aux rayonnements ionisants et à la chimiothérapie. 

Dans le cas de non-séminomes de stade précoce, après l’ablation du testicule, une observation après la procédure et des examens réguliers peuvent être envisagés, et une lymphadénectomie rétropéritonéale (ablation des ganglions lymphatiques rétropéritonéaux) peut également être réalisée. Cependant, en cas de maladie avancée, la chimiothérapie est utilisée. 

« Le cancer du testicule est un cancer de bon pronostic. Tant que le cancer est diagnostiqué à un stade précoce, le traitement est efficace. »

Vous devez savoir que le retrait des testicules n’affectera pas de manière significative la fertilité d’un homme. Un deuxième testicule sain peut produire la bonne quantité de spermatozoïdes. Après avoir retiré les testicules, les hommes peuvent avoir des relations sexuelles normales et fonder une vie de famille.

Leave a Reply